Blog

20-08-2020

La sécurité par temps de canicule

La multiplication des canicules occasionnées par les changements climatiques nous amène à examiner les risques liés à la canicule.

Nous le ferons sous quatre angles différents :

  • Les risques liés à la santé « en général »,

  • Les risques des salariés et le rôle des entreprises,

  • La position des assurances, au regard des risques matériels des particuliers,

  • Les risques de dommages aux entreprises.


En ce qui concerne les risques liés à la santé, « rien de neuf sous le soleil », si l’on peut s’exprimer ainsi :

  • La chaleur est toujours cause de fatigue,

  • Déshydratation ou « coup de chaleur » sont susceptibles d’entraîner des accidents graves,

  • La chaleur aggrave la pollution de l’air et l’humidité.

Il nous paraît utile de rappeler que le 0800066666 donne des conseils permettant d’adopter les meilleures attitudes pour lutter contre ces risques.


Dans le cadre de l’entreprise, ces risques sont amplifiés, du fait qu’il est plus difficile de ralentir le rythme de son activité.

C’est pourquoi, comme pour tous les autres risques, comme la pandémie actuelle, le chef d’entreprise - responsable de la santé de ses collaborateurs - se doit de prendre toutes mesures afin de prévenir et réduire ces risques.

Comme souvent, dans nos précédents articles, nous conseillerons une fois de plus d’accorder une importance particulière au D.U.E.R.P. (Document Unique d’Evaluation des Risques Professionnels), trop souvent encore inexistant ou incomplet.

Une occasion de plus de le mettre à jour en incorporant le risque de canicule.

Si besoin était, nous rappelons que GESCO SAS est à votre entière disposition pour vous aider à le rédiger ou le mettre à jour.

Parmi les mesures indispensables :

  • Contrôle des bâtiments et des équipements concernés, notamment les thermomètres,

  • Information des salariés sur les symptômes d’alerte (déshydratation, coup de chaleur …),

  • Mise à disposition de réserves d’eau fraîche et potable,

  • Et, si possible, aménagement des horaires de travail.

Rappelons que chaque année, le Ministère des Solidarités et de la Santé publie un plan national canicule (PNC) ayant pour objectifs d’anticiper l’arrivée des vagues de chaleur, de définir les actions à mettre en œuvre pour prévenir et limiter les effets sanitaires de celle-ci.

 

Les dommages matériels subis par les particuliers peuvent concerner principalement les habitations et les véhicules.

  • En ce qui concerne les dégâts causés aux habitations, ceux-ci peuvent consister en des murs lézardés ou des affaissements de terrain. Une indemnisation sera envisageable si, d’une part, l’assuré a souscrit une assurance multirisques habitation (MRH) incluant une garantie « catastrophes naturelles », et si d’autre part, s’il se trouve dans une zone où un arrêté de catastrophe naturelle pour sécheresse a été publié.

A noter que :

    • les délais de reconnaissance de catastrophe naturelle peuvent être très longs,

    • la franchise légale est de 1520 €,

    • il n’est pas toujours facile de prouver le rapport de cause à effet, les fissures pouvant apparaître longtemps après la sécheresse.

 

  • Certains dommages causés aux véhicules sont susceptibles d’être couverts par les assurances. Ainsi en est-il du pare-brise qui se fissure, ou du radiateur qui fume. Ces dommages (qui ne sont pas couverts par la garantie « force de la nature) seront éventuellement pris en charge par des garanties de dommages matériels prévus dans certains contrats dits « tous risques » (appellation souvent abusive), si ces garanties soient libellées correctement.

L’occasion, une fois de plus, pour rappeler aux assurés qu’un contrat d’assurance doit être lu avant d’être signé, et qu’un courtier comme GESCO est là pour vous aider dans cette tache parfois fastidieuse !


Les risques de dommages aux entreprises.

Le sol et la végétation sont aujourd’hui très secs. Selon Eric MARTIN, ingénieur sécurité, « Entre janvier et juillet, la France a connu la période la plus chaude depuis le début des mesures et nous venons de subir le mois de juillet le plus sec depuis au moins soixante ans selon les données de Météo France. La canicule annoncée, qui pourrait durer une semaine, va accentuer encore plus la sécheresse et donc les conditions favorables aux départs de feux ».

Si ces risques sont évidemment plus importants dans les régions boisées, la moindre étincelle étant propice à des départs de feux, de nombreuses entreprises sont également concernées.

Le retour d’expérience des accidents technologiques survenus lors de la canicule de 2015 - en forte hausse par rapport à la moyenne des accidents enregistrés les dix années précédentes - est par ailleurs intéressant à prendre en compte, en démontrant l’attention particulière à apporter aux conditions de stockage et de transport.

Le stockage :

Particulièrement concerné, le secteur des déchets a représenté près de la moitié des accidents (incendies et rejets de matières dangereuses ou polluantes), survenu pendant la période de stockage, et occasionnés par des réactions de fermentation de déchets fermentes cibles ou d'échauffement de résidus de broyage automobile (RBA) ou de plastiques.

Les déchets ne sont toutefois pas les seuls concernés, de nombreux produits présentant une forme pulvérulente sont en effet très sensibles aux échauffements, comme par exemple, la farine et les poussières de polyuréthane. Les galettes de nitrocellulose et galets chlorés sont également sources de risque, du fait de leur sensibilité à la température et à l’humidité.

La chaleur peut également perturber les procédés industriels et entraîner des rejets de substances dangereuses ou polluantes, dus à une surpression liée à la dilatation thermique des gaz ou à une modification des propriétés physico-chimiques des produits contenus dans des camions, des wagons-citernes ou des cuves GPL en stations-service.

En ce qui concerne le transport, rappelons également que les sinistres sont fréquents, et que l’influence de la température fait partie des exclusions assurantielles ¹.

Citons, dans ce cadre, l’exemple d’un industriel qui, conscient de ce risque, avait fait transporter ses marchandises dans un container climatisé. En raison d’un défaut de programmation, un sinistre est intervenu. Seule une assurance bris de machines aurait pu donner lieu à indemnisation.

A noter que de nombreuses informations intéressantes sont disponibles auprès du BARPI (Bureau d’Analyse des Risques et Pollutions Industriels) qui, avec sa base ARIA, recense et analyse les principaux accidents survenus chaque année.

Elles comportent de nombreux conseils permettant d’éviter des défaillances aggravant le phénomène des températures caniculaires, telles que des procédures d’exploitation non respectées, une formation insuffisante du personnel ou des pratiques de maintenance insuffisantes.

Les préconisations portent notamment sur les phases d'activité réduite (gardiennage, vidéo-surveillance) et le stockage/stationnement prolongé en plein soleil de bacs/cuves/camions-citernes contenant des matières sensibles à la chaleur (limitation du temps de stockage, aménagements, transport isotherme).

Parmi les mesures de prévention, il est enfin indispensable de veiller particulièrement, en cas de canicule et sécheresse, à l'entretien de la végétation environnante des sites industriels (fauchage régulier, évacuation des chaumes, arrosage, zones coupe-feu) afin d'éviter la propagation d'un incendie en provenance de l'extérieur ou, à l'inverse, d'éviter un embrasement externe à partir d'un incendie dans l'installation.

Du fait de son expertise reconnue dans des domaines tels que la transformation du bois et de l’emballage industriel, ou encore de la seconde transformation des matières plastiques et des caoutchoucs, les experts de GESCO SAS sont également à votre disposition pour toute visite de vos locaux et installations, afin de vous aider à mieux appréhender vos risques, les réduire et les prévenir, toutes actions utiles pour votre sécurité et d’un meilleur dialogue avec les compagnies d’assurances.

¹ sauf si elle résulte d’un accident caractérisé tel que : destruction, déraillement, renversement, chute, rupture d’essieu, de roue, d’attelage ou de châssis, du véhicule, ou bien heurt ou collision du véhicule ou de son chargement avec un autre véhicule ou un corps fixe ou mobile.

Recherche dans les actus :

 

 

CATEGORIES :

Actualité
Infos Assurances
Interview - Presse
Vie du Groupe Gesco

Top recherches :

Envoyer cette page à un ami
Entreprises
Vous avez un projet : Demandez-nous un devis


D'assurance Flotte automobile ?
D'assurance Dommage ?
D'assurance RC Professionnelle ?
Autre ?
Particuliers
Vous avez un besoin : Souscrivez en ligne


D'assurance automobile ?
D'assurance Animaux ?
D'assurance Santé ?
Autre ?